La brasserie Martens investit dans la ventilation de Colt

Toute l'année un climat de travail confortable.

Brouwerij Martens à Bocholt (Limbourg) n'investit pas seulement dans la capacité de production, mais également dans un climat de travail approprié.  Trois projets ont déjà été réalisés avec Colt. Colt propose des solutions avec des systèmes de ventilation adaptés qui

  • réduisent le taux d'humidité
  • éavacuent la chaleur et
  • évitant une trop forte concentration en C02.

 

Le refroidissement adiabatique comme solution dans le département PET
Le refroidissement adiabatique comme solution dans le département PET
  • Projet :
    • Ventilation des départements PET et canettes.
  • Localité :
    • Bocholt, Belgique
  • Demandes :
    • Ventilation
    • Réduction de l'humidité, de la condensation
    • Réduction de la chaleur
    • Réduction de C02
  • La solution de Colt :

De la ventilation dans la brasserie

Brouwerij Martens a été fondée en 1758 dans le centre de Bocholt, près de la frontière hollandaise. La brasserie a déjà connu une forte croissance au cours de ces 250 dernières années et dans un proche avenir, on veut encore poursuivre l’expansion par une sérieuse augmentation de la capacité. Dans les prochaines années, on veut en effet augmenter le volume de remplissage de pas moins de 30%: de 3 à 4 millions d’hectolitres de bière par an.

Vous ne trouverez pas vite une des pintes de Brouwerij Martens sur le marché belge. 90% de la production est en effet destinée à l’étranger; des supermarchés en Allemagne jusqu’en Espagne et même le Japon et les USA. La brasserie remplit ses propres marques dans des fûts, des bouteilles en verre, des bouteilles PET ou des canettes, mais elle la fait tout autant pour des "marques privées". En tout, la brasserie produit plus de 300 unités de gestion des stocks différentes.  

Investir dans une ventilation adéquate

La brasserie dispose de 4 lignes de remplissage et d’emballage, utilisées 7 jours sur 7.

Environnement chaud et humide

La brasserie cherchait une solution pour leur situation particulière.

  • Pendant le remplissage, on injecte du CO2 dans les bouteilles pour en extraire l’O2. Ceci libère le CO2 dans l’espace et ce CO2 accumulé doit être évacué.
  • De plus, des parties des lignes de production se situent dans un espace fermé. La chaleur, provenant des machines, et l’humidité de l’air plus élevée créent un cadre de travail désagréable.

Refroidissement adiabatique

La solution à cette chaleur et humidité de l’air est de refroidir et en même temps ventiler par de l’air extérieur filtré.

  • L’air chaud et humide est aspiré et remplacé par de l’air plus froid,
  • dans le même temps, ce renouvellement de l’air évite le risque d’une trop forte concentration de CO2.

C’est possible de deux manières:

  • par un refroidissement forcé, via la climatisation; ou
  • par un refroidissement naturel, avec un système de refroidissement adiabatique.

 

Comment fonctionne ce système?

Le principe de fonctionnement repose sur l’évaporation naturelle de l’eau quand l’air extérieur filtré est aspiré par un milieu à adsorption saturé. Pour évaporer, on utilise l’énergie qui sera extraite en été de l’air chaud aspiré. On obtient au final de l’air frais et froid qui peut être insufflé dans l’aire de production via les systèmes de distribution de l’air. L’air peut être réchauffé durant les froides journées hivernales, via la vapeur ou l’eau chaude. L’évacuation vers l’extérieur se fait via des ventilateurs. Les unités de refroidissement et de ventilation sont montées sur le toit.

Les avantages des systèmes de refroidissement adiabatique

Après une étude détaillée, la brasserie a choisi ces systèmes adiabatiques. Ils ont l'avantage

  • d’être plus efficaces en énergie
  • de peser moins que la variante climatisation.

C’étaient d’emblée les facteurs décisifs dans notre décision. En effet, la brasserie atteint nos limites en capacité de courant et la capacité portante du toit est aussi limitée

Contrairement aux systèmes de climatisation, qui peuvent refroidir à basse température, la différence de température qu’ils peuvent réaliser, est de quelque 10 °C.

Le refroidissement adiabatique était également la solution choisie dans le département des canettes
Le refroidissement adiabatique était également la solution choisie dans le département des canettes

Colt comme partenaire

"Le choix de Colt est d’une part basé sur la confiance établie, car des exutoires de fumées et des aérateurs de ce partenaire avaient déjà été installés précédemment. Des sous-traitants qui font ce qu’ils promettent, peuvent toujours revenir ici, et idem pour les fournisseurs de technologie. De plus, le concept proposé par eux fonctionnait bien. C’est ainsi qu’après un premier projet dans le département PET il y a quelques années, nous les avons à nouveau contactés plus tard pour le nouveau département canettes, ce qui est aussi un espace humide avec deux lignes de remplissage.", explique le responsable de projet de la Brouwerij Martens.

Sur mesure

En raison de la demande spécifique, de la hauteur de plafond limitée et de la portance limitée du toit, on ne pouvait pas travailler ici avec des unités de climatisation.

“Dans le département PET, le tubage présent représentait un grand défi pour y intercaler encore trois flexibles de distribution de l’air. Pour les canettes, l’espace au-dessus de la plate-forme était le facteur limitatif du concept“, se rappelle le responsable de projet.

Evaluation

“Toutefois, nous avons pu mener à bien les trois projets en étroite concertation et grâce à une bonne coordination du projet et préparation. Leurs techniciens ont simulé les résultats après les mesurages et calculs requis avec les différents paramètres. Le volume d’air dans les deux départements est désormais rafraîchi huit fois par heure. La commande est très simple et automatique, selon des valeurs préétablies, tout au long de l’année. Le plus grand gain réside dans le climat de travail agréable pour les salariés. L’économie d’énergie réalisée est un bel avantage en plus”, déclare encore le responsable de projet de la brasserie.

Texte et images: ing. Wouter Verheecke
Edition: Food Process, n°4 octobre 2019

Deze website maakt gebruik van cookies om de klantervaring te verbeteren. Door verder te gaan, geeft u toestemming voor dit gebruik.

Standard

Deze website maakt gebruik van cookies om de klantervaring te verbeteren. Door verder te gaan, geeft u toestemming voor dit gebruik.